Les e-pétitions: Quelle efficacité?

Il existe une vraie tendance ces dernières années à un nouveau type de militantisme à travers les pétitions par internet.

Est-ce efficace ? Quels sont les risques de cette nouvelle tendance ?

Nous sommes très souvent sollicités pour signer des pétitions sur internet. Soit pour interpeller des organisations, des États ou pour soutenir telle cause ou telle personne. Pour participer, il suffit de quelques clics en accédant sur les sites des plates-formes qui les propose (avaaz,Change, mesopinions…).

Certaines e-pétitions sont très bien élaborées avec un texte et des indications sur les destinataires et les initiateurs. D’autres ne comportent qu’une petite phrase et le prénom ou parfois juste un pseudo de l’initiateur de l’appel. Quel crédit donner à ces pétitions ?

Si vous avez déjà, comme moi, signé des pétitions sur internet, vous vous êtes sûrement posé la question sur la suite donnée à cette action. Très souvent, nous n’avons aucun retour de l’initiateur. Pas même une preuve que cela a été imprimé et remis aux destinataires !
C’est un peu pour cette raison que je ne signe plus de e-pétitions depuis trois ans, à l’exception de celles initiées par Amnesty international qui sont différentes et à mon sens plus efficaces. Je vais expliquer ,plus loin, le mode opératoire des e-pétitions de l’organisation Amnesty International.

Nous vivons dans un monde où les injustices sont innombrable. Nous nous retrouvons démunis face à des situations qui interpellent nos consciences humanistes. Nous avons tous -ou presque- l’envie ardente de changer ce monde… la e-pétition vient alors nous délivrer de cette culpabilité, en seulement quelques clics. Ça ne nous coûte ni en temps ni en argent ni aucun effort. Ce militantisme en pantoufles ou appelons -le un militantisme paresseux et mou est une aubaine pour ceux qui veulent se donner bonne conscience depuis leurs canapés, et pour les plates-formes du Big data qui obtiennent des données personnelles qui peuvent leurs rapporter gros.

Des cas de ventes de données personnelles collectées ont déjà été condamnés pour change.org et avaaz.org , deux multinationales avec des sièges un peu partout dans le monde. Ce n’est pas ce qui me bloque personnellement. En effet, nous laissons des traces (adresses IP, préférences. …etc.) rien qu’en naviguant sur internet. Pour défendre une cause juste, je suis prêt à signer une pétition sur internet, mais seulement si je juge qu’elle servira à quelque chose et non à atténuer ma culpabilité. Je signe également, lorsque cela ne participe pas à encourager le « Slackactivism ».

Les e-pétitions et les appels initiés par Amnesty International sont élaborés différemment pour donner plus d’impact et plus de chance pour qu’elles parviennent aux destinataires. À chaque pétition, ils prévoient en plus de la signature sur internet , le texte à imprimer et une adresse du destinataire pour l’envoi par courrier postale.
La pétition sur internet, sert à connaître le nombre et bien sûr à recueillir vos données pour d’autres campagnes et estimer le nombre d’enveloppes qui seront envoyées individuellement au destinataire. Nous sommes loin du militantisme en pantoufles, car vous avez un petit effort à faire (impression, achat de l’enveloppe et le timbre ). Dans les textes des pétitions à imprimer, il y a souvent deux feuilles type A4 , recto verso, à insérer dans une enveloppe de 20gr (prix d’un timbre standard ).

Quel est l’objectif attendu avec ce mode opératoire ?
L’objectif est double : d’un côté il y a la médiatisation de la cause via internet et d’un autre, faire parvenir un message fort au destinataire avec efficacité.
En effet, lorsqu’une pétition est signée par quelques milliers de personnes sur l’une des plates formes internet, l’initiateur reçoit les données à sa clôture. Il doit l’imprimer et la remettre à l’organisme interpellé. Par exemple, 5000 signatures peuvent être contenues dans 100 feuilles A4 en recto verso. Le destinataire s’en débarrassera aisément dans sa poubelle à papier. C’est encore totalement inutile si c’est envoyé par mail. Il finira dans la corbeille…1 seconde pour supprimer votre mail sans même le lire.
Imaginons maintenant que les 5000 signataires de la pétition sur internet, s’engagent à envoyer le texte imprimé par voie postale. Sur une durée d’un mois et 22 jours ouvrables du travail, l’organisme destinataire va recevoir chaque jour 227 lettres… et comme il faut ouvrir chaque enveloppe avant de voir le contenu, il serait nécessaire de recruter une personne à temps plein pour s’occuper du courrier. .. et si le nombre est de 20K, 100K….Soyons fous 1 million. Ça va créer un sérieux problème à l’organisme destinataire de tant de courriers.

En conclusion, si vous voulez initier une pétition et que vous sollicitez des signatures, faites en sorte de joindre un lien vers un modèle de texte imprimable sur des feuilles A4. N’oubliez pas d’indiquer l’adresse exacte de l’organisme à interpeller. De cette façon, la pétition en question ne renforce pas le militantisme en pantoufles car il y a une part qui reste à faire concrètement par le signataire.

Le succès n’est pas toujours garanti, autant créer un problème au destinataire (on ne se débarrasse pas facilement d’un tas de papier de 6 ou 10 mètres de hauteur.
Si vous avez des pétitions qui respectent ce mode opératoire, je suis prêt à participer et enrichir avaaz, change et les autres fournisseurs du BIG DATA, sinon, je vous le dis : JE NE SIGNE PAS!

32332581_1953742204644570_7417201958034866176_n

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s