Inna-yi-d weɣyul-iw : Les limites du militantisme en pantoufles.

Cessez de vous donner bonne conscience pour cacher votre défaillance. Mon âne , in paradoxe kabyle page 1099. Editions Les Disparus.

Je reconnais que ce n’est jamais une bonne idée d’initier son âne aux nouvelles technologies. Je l’ai fait pour lui montrer que sa photo et son nom apparaissent fréquemment sur les réseaux sociaux. Les facebookeurs kabyles y font référence à chaque fois qu’ils n’ont plus rien d’intéressant à raconter, c’est-à-dire presque tout le temps.

J’avoue que c’était une très mauvaise idée. Après tout, un âne de plus ou de moins ce n’est pas si grave dans cette vaste écurie où, la majorité ne font que ruminer et déféquer.

Ci-dessous le contenu de notre bavardage sur Messenger. (traduction apipri kan depuis tiɣyulit)

-Le militantisme en pantoufles, depuis un coin de son canapé ou allongé sur son lit semble être un sport national kabyliste ! Tous ces comptes avec des pseudos et le drapeau kabyle en photo de profil sont convaincus de l’efficacité de leur militantisme. Certains considèrent ce réseau social comme un espace pour les thérapies des groupes.

-Pourquoi dis-tu ça ? Facebook est un formidable support de communication et de partage. Les militants-es souverainistes l’utilisent pour propager leurs idées et partager des informations sur le combat indépendantiste. C’est un moyen de contourner la censure qu’exercent les médias classiques sur le projet indépendantiste.

-Communiquer et partager ? C’est une blague ! Ils ne font que s’insulter au lieu de s’insurger. Ils propagent les attaques de vos ennemis au lieu de partager les contenus produits par les indépendantistes. En résumé, ils sont les champions de la paresse. Ils sont abonnés aux pages de tous les détracteurs de la kabylité et ne prennent même plus du temps pour cliquer sur un texte qui parle de leur cause.

-Il y a un temps nécessaire pour apprendre les bonnes pratiques et comprendre comment utiliser ces espaces de cyber militantisme.

-Le temps vous n’avez malheureusement pas. Un combat politique pacifique nécessite des idées. Ces dernières doivent être exprimées oralement dans des contenus vidéo ou sous forme de textes dans des sites et blogs. Or, rien de cela ne se fait.

Il y a des Kabyles indépendantistes qui vivent dans tous les coins de ce monde, et qui sont invisibles sur le web interactif. Sinon comment expliquer l’absence de sites internet en allemand, chinois, anglais, japonais…

-Peut être parce qu’ils ne perçoivent pas encore l’importance de produire des contenus en faveur de l’indépendance de la Kabylie. Ou alors, ils considèrent à tort qu’avec un petit message sur Facebook, ils vont réussir à convaincre tous les Kabyles de la justesse du combat indépendantiste. ..

-Ce n’est certainement pas avec des messages de genre « VIVE CECI ET CE LÀ » que vous allez changer la géographie du monde. Le savent-ils au moins que sur Facebook, ils ne peuvent convaincre que ceux déjà convaincus ? Et qu’ils risquent même de se fâcher avec leurs amis et leurs familles ?

Moi qui suis un aɣyul, j’ai vite compris, qu’au mieux, Facebook sert à créer une communauté d’opinion pour faire circuler les idées indépendantistes. Cependant, comme il y a très peu d’idées à partager, ils s’insultent. Le peu de contenus produits ne sont ni encouragés ni partagés. ..

-Je te trouve très sévère avec les Kabyles. N’oublies pas que c’est un peuple qui commence à peine à se réveiller de plusieurs siècles de domination !

-Cessez de jouer aux victimes en permanence ! Ce n’est pas toujours la faute aux autres. Il est temps de vous défaire des archaïsmes qui vous maintiennent dans cette position de second. Le web interactif est une chance inestimable pour les peuples en quête de leurs indépendances. Alors faites comme tous ces peuples qui pour être reconnus se sont fait connaître par des centaines de textes indépendantistes par mois. Dites à tous ces Kabyles en costumes cravates qui vivent en occident de produire au moins un texte par mois, dans n’importe quel domaine en lien avec l’indépendantisme kabyle. Sinon, rangez vous sur la marge de l’histoire et assistez depuis la tribune des oubliés et des incapables à votre disparition.

-Je me demande encore ce qui m’a pris de t’initier à internet et ces réseaux sociaux. Il est peut être temps que je te supprime de ma liste d’amis, je pense même à te bloquer !

_______________________________________________________________________________
Toute ressemblance avec des lieux, des faits réels, des attitudes et/ou des positions de certains kabyles est volontaire et non pas un pur hasard.

NB : Aɣyul-iw a donné son accord pour rendre public nos bavardages sous condition de ne mettre aucun mot entre guillemets. Textuellement, il m’a dit: si tu ouvres les guillemets alors tu fermeras ta gueule.